STATISTIQUES ETHNIQUES


ON NE GÈRE BIEN QUE CE QUE L’ON MESURE

Un vieil adage, communément partagé, nous enseigne que l’on ne gère bien que ce que l’on mesure : 

“Vous ne pouvez tout simplement pas gérer ce que vous ne pouvez pas mesurer” 

Ou encore :

«  La mesure est l’antidote à l’ambiguïté ; elle vous oblige à imposer la clarté à des concepts vagues et à prendre des mesures.”

Ces citations, empruntées à la Qualité dans le monde industriel, en sont une illustration particulière.

Il est un domaine spécifique qui pourrait être concerné par ce principe de bon sens : celui des statistiques ethniques.

Cependant, ce domaine est fortement réglementé en France. 

Évaluons ensemble cette situation.

Une image contenant texte, posant, personne, groupe

Description générée automatiquement

L’élaboration de statistiques ethniques est strictement encadrée d’un point de vue juridique. Elle l’est par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et la loi Informatique et Libertés, ainsi que par une décision prise en 2007 par le Conseil Constitutionnel (source INSEE).

La raison généralement invoquée est la fragilisation redoutée de la cohésion sociale et de la culture universaliste à la Française.

Cependant, le sentiment d’appartenance à la Communauté Nationale est déjà largement fracturé en liaison avec des lieux communautaires qui se multiplient sur le territoire national.

Ce contexte évolutif pourrait utilement ouvrir un nouveau débat sur le sujet.   

Mais revenons à la situation présente.

La statistique publique publie régulièrement quelques enquêtes qui se rapprochent du domaine, on peut citer : le recensement de la population, l’enquête emploi, l’enquête budget des familles, l’enquête logement, etc.

Le champ d’investigation reste toutefois limité, car fortement réglementé, et l’ONU a exhorté la France à utiliser plus massivement ses statistiques afin de lutter contre dixit « le racisme systémique » (cf article du Figaro du 1er juillet 2021): 

« Un rapport publié le 28 juin 2021 indique que les États «devraient recueillir et publier des données complètes ventilées selon la race ou l’origine» et analyser «les effets cumulés des lois, des politiques et des pratiques sur certains groupes raciaux et ethniques en particulier». 

Le rapport va encore plus loin, considérant que «le fait de reconnaître expressément les personnes d’ascendance africaine dans les statistiques est également un pas vers la reconnaissance de leur identité et de leur héritage, qui va de pair avec leur droit à la dignité» ».

Quelles sont les données accessibles en France ?

Une première information disponible concerne l’évolution de la population immigrée de 1921 à 2020 :

Ainsi, selon l’INSEE (source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3633212) :

« La population immigrée en France progresse en effectif et en pourcentage de la population totale depuis 1946. Elle correspond à 10,2 % de la population vivant en France en 2020, contre 7,4 % en 1975 et 5 % en 1946. 

La population étrangère vivant en France représente 7,6 % de la population totale en 2020, contre 6,5 % en 1975 et 4,4 % en 1946. 

Jusqu’au milieu des années 1970, les flux d’immigration étaient majoritairement masculins, comblant les besoins de main-d’œuvre nés de la reconstruction d’après-guerre, puis de la période des Trente Glorieuses. En 1974, dans un contexte économique dégradé, un frein est mis à l’immigration de travail et l’immigration familiale se développe. Depuis cette date, la part des femmes dans les flux d’immigration est croissante, qu’il s’agisse de regroupement familial ou non. En 2020, 52 % des immigrés sont des femmes, contre 44 % en 1975 et 45 % en 1946 ».

On notera cependant que ces statistiques n’approchent pas l’aspect ethnique.

Récemment, une enquête d’opinion menée par l’Ifop indiquait que 

  • 40 % des lycéens partagent l’affirmation selon laquelle « les normes et règles édictées par leur religion sont plus importantes que les lois de la République », situation qui doit être aussi évaluée « entre les lignes »
  • 65 % des lycéens musulmans placent l’islam au-dessus des lois de la République

Dans un contexte où le sujet de l’immigration est clairement adressé actuellement, ne serait-il pas pertinent de disposer de statistiques objectives permettant d’éclairer le sujet  suivant : 

y a-t-il un lien entre immigration et délinquance ? 

Contrairement aux États-Unis où les statistiques raciales sont publiées et accessibles très facilement, le tabou des statistiques ethniques en France rend difficile l’étude de ce phénomène.

Le sentiment plus ou moins largement partagé est que ce lien existerait mais, sans mesure objective, chacun restera sur sa propre opinion plus ou moins subjective.

Ne serait-il pas éclairant d’illustrer par des statistiques les incivilités, délits ou situations suivantes :

  • Incivilités à l’École ou dans les lieux publics
  • Coups et blessures volontaires, notamment vis-à-vis des représentants des Services Publics
  • Cambriolages
  • Escroqueries
  • Vols avec armes
  • Viols, tentatives de viols et agressions sexuelles
  • Homicides
  • Nationalité des détenus en prison
  • Autres…

Nous sommes favorables aux statistiques ethniques de façon à traiter la notion d’hypothétique « racisme systémique », pour reprendre les termes de l’ONU, et également engager les nécessaires réflexions en matière d’immigration.

1 commentaire

  1. Très bon article sur un sujet important pour notre pays ; sujet épineux que nos dirigeants refuseront d’aborder, on sait pourquoi….Les résultats d’une telle étude seraient catastrophiques pour toutes les personnes qui refusent de voir la réalité en face. Toutes les personnes sensées et honnêtes qui, de par leur profession où la situation géographique de leur domicile, de leur lieu de travail, de leurs différents itinéraires journaliers, connaissent par avance le résultat d’une telle étude. Celui-ci devrait avoisiner les 75%…Il suffit de se référer aux « effectifs » qui occupent régulièrement les cellules des gardes à vue des divers commissariats et gendarmeries ainsi qu’à la population carcérale.

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s