Droit de grève, droit de bloquer…

Que se passe-t-il dans notre société, il y a quelques mois les gilets jaunes manifestaient leur mécontentement à l’ égard du gouvernement qui laissait s’envoler les prix du carburant à la pompe. 1euro 40 le litre de diesel. Ce mouvement n’ a pas porté ses fruits, les pouvoirs publics sont restés insensibles, se moquant des revendications légitimes des manifestants. Aujourd’hui le litre de diesel est affiché à 2 euros !! plus de protestations, le gouvernement a pourtant augmenté de 60 centimes d’ euros le litre. Il a réussi son tour de force en noyant les préoccupations des Français . . .
Alors que les syndicats sont peu représentatifs en France (moins de 10% des salariés) (1)ils jouissent d’une position de force d’une part en raison de l’obligation de négociation collective préalable à toute loi sociale (loi du 31 janvier 2007 sur le dialogue social – article 1 du code du travail), d’autre part par la menace de la grève, laquelle depuis plusieurs décennie signifie blocage du pays.
Il n’est pas ici question de remettre en cause la légitimité du droit de grève, qui est un acquis social incontestable mais de s’interroger sur sa signification aujourd’hui, et peut-être ses dérives.
Droit de grève, droit de bloquer, lire la suite sur notre site

Réforme des retraites, les vraies questions

Vox Nostra vous propose un second volet sur la réforme des retraites, les vraies questions:
Vue en observateur, la menace agitée par les syndicats de blocage du pays pour faire reculer le gouvernement sur la réforme des retraites laisse pour le moins perplexe et ouvre le champ à quelques réflexions. Perplexité d’abord car rappelons que cette réforme figurait dans le programme électoral de M. MACRON élu largement (58,55% des inscrits), il y a moins d’un an, avec le soutien direct ou indirect de ceux, la CGT en tête, qui appellent aujourd’hui à manifester au nom, qui plus est de la démocratie ! 

Retraite équitable pour tous les salariés !

Retraite équitable pour tous les salariés !
Le gouvernement actuel travaille sur une réforme des retraites qui avait été envisagée par leurs prédécesseurs, sans toutefois qu’ elle soit concrétisée, sauf par M. Sarkozy qui avait rajouté deux ans à l’ âge de départ.  

Il s’ agit là d’ un exercice  périlleux qui doit trouver une signification cohérente entre bon sens et politique politicienne. 

Il semblerait que cette réforme déplaise fortement aux représentants syndicaux (2) qui envisagent plusieurs mouvements de grèves.

Lorsque ces mouvements prennent formes cela se déroule en général dans la rue paralysant ainsi le bon déroulement de la vie professionnelle des uns et des autres.

  La crise énergétique, EDF un paquebot ivre

Notre laboratoire d’ idées vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Nous souhaitons vous voir de plus en plus nombreux à prendre la parole sur notre site, comme l’ auteur du premier article de l’ année 2023 que nous publions aujourd’hui.
Il s’ agit d’ un ingénieur qui évolue dans le secteur nucléaire, il dresse un tableau objectif de la situation énergétique en France et propose des solutions.
La crise énergétique, EDF un paquebot ivre. . .
Que nous arrive-t-il ?
Depuis des nombreuses dizaines d’années nous n’avions en France aucun problème d’énergie électrique. Nous consommions autant d’électricité que nous le voulions grâce à notre paquebot amiral EDF et nous exportions facilement vers les autres pays européens. 

MAKE FRANCE GREAT AGAIN :

MAKE FRANCE GREAT AGAIN 
Déclassement et tiers mondisation en cours,
La France vacille sur ses bases.
Nous subissons et/ou sommes les témoins de situations qui nous alertent sur un possible déclassement, voire tiers-mondisation de notre pays.
Pourtant reconnue 5ème, 6ème ou 7ème puissance mondiale suivant les classements, la France connaît diverses pénuries, dégradation de ses services publics, délitement industriel et politique, flux migratoires incontrôlés avec ses conséquences patentes associées,…
Elle a été certes objectivement impactée par la dernière pandémie et la guerre en Ukraine mais cela n’explique pas tout.
En fait, elle subit 30 ou 40 ans de déliquescence structurelle gouvernée par des politiciens sans courage et qui ont progressivement participé à détériorer la grandeur originelle de notre Pays.
Dans ce contexte qui perdure, elle est actuellement placée sous le pilotage d’un Président de la République sans cap, réélu sans programme, d’un gouvernement sans boussole, et en conséquence placé sous les feux des 2 camps extrêmes, incapable d’anticiper les problèmes et contraint de réagir à chaque fois dans l’urgence en posant des « emplâtres sur des jambes de bois ».
Nous vous proposons de partager quelques-unes de ses situations ponctuelles ou plus structurelles qui nécessitent un changement de logiciel complet.

Incompétence, laxisme et pleutrerie ?

Incompétence, laxisme et pleutrerie ?
La défaillance de l’État ne découlerait-elle pas d’un laxisme récurrent, d’un manque de courage ou d’une incommensurable incompétence ? 

Chaque jour la presse nous annonce des actes de malveillance qui choquent d’autant plus l’opinion publique que leurs auteurs sont trop souvent en liberté après avoir purgé quelques mois dans un centre de détention appelé une prison !

« Liberté, Egalité, Fraternité », mythe ou réalité ?

Selon Mathilde Panot, chef de file des insoumis à l’Assemblée Nationale, la France n’est ni une langue, ni une religion, ni une couleur de peau mais se définit par la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » figurant au fronton de tous les édifices publics.(1)

Nous n’entrerons pas ici dans un débat sur le caractère plus que réducteur de cette définition de notre pays, notamment en ce qu’elle le fait naître avec la révolution de 1789. 

Certes ces notions de liberté, égalité et fraternité n’ont pas été inventées par la Révolution. Ce sont des thèmes fréquents à l’époque des Lumières, particulièrement la liberté et l’égalité, mais c’est avec la Révolution qu’ils vont former un triptyque et, pour la première fois, dans la bouche de Robespierre qui en propose l’inscription sur les uniformes et les drapeaux.

IMMIGRATION, DÉLINQUANCE ET OQTF :

IMMIGRATION, DÉLINQUANCE ET OQTF :
STOP AU DÉNI ET VITE UN PLAN D’ACTIONS
La France a connu en l’espace de quelques jours 4 événements concernant des étrangers immigrés en situation irrégulière dont un absolument horrible, le meurtre sauvage de la petite Lola, mais aussi 2 femmes agressées sexuellement à Marseille et Créteil et enfin une intrusion d’une personne armée d’un couteau dans la mosquée de l’imam  Hassen Chalghoumi venue très certainement pour tuer de paisibles musulmans et l’imam lui-même.

Pourquoi focaliser sur ces 4 faits divers, qui en fait sont devenus des faits de société compte tenu de la récurrence de ce type de délinquance, quelquefois effroyable ?

PÉNURIE DE CARBURANTS :

PÉNURIE DE CARBURANTS:
Une gabegie générale à l’image du fonctionnement de notre société
La France connaît depuis 2 semaines une pénurie de carburants consécutive à la grève d’opérateurs de raffineries syndicalisés CGT et hermétiques à toute proposition de sortie de crise.

Une fois de plus, les citoyens français, dont la majorité est trop souvent dormante, sont pris en otage dans le cadre de revendications d’une caste minoritaire et plutôt bien lotie.

Cette situation est un révélateur du dysfonctionnement de notre Société, représentée dans le cas qui nous occupe par 3 acteurs centraux, le monde syndical avec une CGT toujours plus inflexible, une grande entreprise du CAC40, en l’occurrence TOTAL, et enfin par nos gouvernants. 

Il convient ici de faire l’analyse des responsabilités de cette crise trop souvent répétée et d’identifier quelques pistes possibles d’améliorations.

UN MONDE NOUVEAU :

LA FIN DE L’ABONDANCE, DE L’INSOUCIANCE, ET DE L’ÉVIDENCE…
CHICHE !
A l’occasion de cette nouvelle rentrée politique, notre Président de la République a déclaré lors du conseil des ministres organisé pour la circonstance :  
« Le moment que nous vivons peut sembler être structuré par une série de crises graves (…) et il se pourrait que d’aucuns voient notre destin comme étant perpétuellement de gérer les crises ou des urgences. Je crois pour ma part que ce que nous sommes en train de vivre est plutôt de l’ordre d’une grande bascule ou d’un grand bouleversement ».
Le Président a dressé un tableau sombre, donnant à voir «la fin de l’abondance», «la fin de l’évidence» et «la fin de l’insouciance».