Éducation, prévention et répression


Aujourd’hui, une majorité s’accorde pour dire qu’une partie de la Société a perdu tout respect envers les entités représentant l’Autorité sous une forme ou une autre.

En fait, c’est le Respect de l’Autre qui disparaît progressivement dans notre Société.

On n’hésite plus à caillasser des fourgons de police, à tendre des pièges à des pompiers, à agresser des représentants de l’État ou de collectivités, à sauvagement « tomber » sur un conducteur de bus jusqu’à provoquer sa mort, à insulter des enseignants, à brûler des véhicules pour le plaisir, à bousculer des personnes âgées…

Ces événements, dénommés « incivilités » par certains ou « ensauvagement » par d’autres, ne cessent de se développer de manière exponentielle dans un climat d’impunité grandissante.

Les dernières « incivilités » ou « actes d’ensauvagement » vécus mettent d’autre part en lumière une orientation inquiétante : elles concernent de plus en plus de mineurs.

Au-delà des sanctions de justice qui doivent être correctement dimensionnées et appliquées, ne faut-il pas se poser la question de l’éducation de ces délinquants mineurs qui se retrouvent dans les rues sans aucun contrôle parental?

Plus généralement, ces situations interrogent le triptyque Éducation/ Prévention/ Répression dans sa consistance et sa crédibilité.

Éducation

Une récente recherche documentaire a permis de découvrir cette affiche que l’on trouvait à l’entrée de chaque école … du temps de la Présidence du Général De Gaulle :

Cette affiche, qui nous rappelle les bons principes d’antan, met d’autre part en lumière la distinction entre Éducation, sous la responsabilité parentale, et Instruction, sous responsabilité du Service Public.

De nos jours, l’Éducation parentale est plus que défaillante pour une partie de la population et l’Instruction du Service Public doit compenser ces lacunes avec plus ou moins de réussite. Ce glissement de responsabilités est de plus très largement entériné puisque nous avons un ministre d’Éducation Nationale !

Il est essentiel de restaurer ce partage de responsabilités de manière claire :

  • Éducation sous la responsabilité parentale, qui fait d’ailleurs l’objet de prestations familiales
  • Instruction sous la responsabilité du Service Public qui, en complément de l’enseignement des élèves, aurait aussi l’objectif de renforcer l’éducation reçue à la maison, comme l’affiche ci-dessus l’indiquait à l’époque.

Quelques propositions dans ce domaine :

  • Éducation (Foyer Familial). Il en va de la responsabilité des parents qui doivent conserver leur liberté d’éduquer leurs enfants selon leurs propres critères. Mais :
    • toute incivilité grave ou répétée causée par un mineur peut donner lieu à une suspension des allocations familiales ;
    • toute incivilité grave ayant occasionné des dégâts matériels importants impliquera la famille, dont le mineur dépend, dans la réparation des dégâts occasionnés.
  • Instruction (École) :
    • (ré)instaurer la règle selon laquelle tous les élèves se lèvent à l’entrée du maître/professeur dans la classe ;
    • remettre en place les cours d’instruction civique ;
    • prévoir une épreuve d’instruction civique au brevet et au baccalauréat ;
    • remplacer les sanctions d’expulsion de classe ou d’école (hors faute gravissime) par des obligations de venir travailler/étudier ou réparer la faute les weekends ou pendant les vacances ;
    • disposer au sein de chaque Établissement d’une structure de réparation de toute incivilité commise en son sein sous forme de travaux d’intérêts collectifs ou de rappel/mise en œuvre de comportements civiques ;
    • organiser au sein de chaque Établissement un challenge annuel des meilleurs projets de comportement/contribution civique avec remise de prix officielle.

Prévention

  • à la « croisée des chemins » (en cours ou en fin de parcours scolaire), mettre en place un Service Civique, à l’image de l’ancien Service Militaire, qui, sous l’instruction de civils ou militaires à la retraite, consisterait en une réalisation spécifique civique au service d’associations ou de collectivités municipales/territoriales sur une durée suffisamment étendue ;
  • disposer d’équipes municipales de proximité chargées de « traquer » toutes incivilités sur le terrain ;
  • pour les cas les moins graves , organiser des séances spécifiques de sensibilisation (cf séances de sensibilisation des risques routiers) ;
  • pour les cas de récidive ou d’incivilité grave, faire le lien avec le volet Répression.

Répression

  • dans le cas de responsables mineurs, impliquer les parents dans la sanction en suspendant les allocations familiales et dans la réparation des dégâts ;
  • disposer de plus de places en prison en construisant de nouveaux établissements sur le territoire national ;
  • définir des mesures et sanctions pénales correctement dimensionnées, comprenant un mixte de mesures carcérales si nécessaires (même courtes de 1 jour, 2 jours ou 1 semaine) et de travaux d’intérêts collectifs ;
  • disposer d’une structure policière et juridique spécialisée dans ce type de délits et garantissant réactivité et efficacité des sanctions ;
  • appliquer systématiquement ces mesures.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s